Soutien de la France Insoumise
Membre de la NUPES

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Clémentine Autain

Samedi dernier, l’attaque envers les Israéliens nous a glacés d’effroi. Cinquante ans après le début de la guerre du Kippour, le Hamas a choisi la terreur. Et c’est dramatique. Les images qui nous parviennent depuis sont effrayantes. Des civils sont tués par centaines, des commandos entrent dans les maisons et attaquent, des bébés et des enfants sont enlevés, 250 personnes ont perdu la vie dans une « rave party »… Je pense aussi à cette vidéo où l’on voit une femme exposée nue à l’arrière d’un pick up et des hommes qui crachent sur son corps. La monstruosité de ces actes atteint l’humanité qui devrait être en chacun.e de nous. 

La fin ne justifie jamais les moyens

Mon engagement pour les Palestiniens à qui sont refusés la justice, la dignité, l’auto-détermination est un combat pour la paix. Je l’affirme sans détour : l’injustice, la violence, la colonisation et les humiliations quotidiennes subis par les Palestiniens ne peuvent légitimer l’utilisation de méthodes contraires aux droits humains. La fin ne doit jamais justifier les moyens. Beaucoup d’expériences passées ont montré que des modes d’action contradictoires avec l’objectif d’émancipation conduisent à de tragiques impasses. Le terrorisme n’est en aucun cas une solution libératrice pour les peuples. Le projet du Hamas, celui d’un islamisme politique et de la destruction de l’État d’Israël, n’est pas – et ne sera jamais – le nôtre. Il est néfaste pour le peuple palestinien.

Il y aura un avant et un après le 7 octobre dans le conflit israélo-palestinien. Et c’est toute la région qui est susceptible de s’embraser. Nous savons que les événements ne s’arrêteront pas à cette opération éclair minutieusement préparée (et avec quel argent ?). La réplique d’Israël, qui a déjà causé la mort de centaines de civils Palestiniens, risque d’être des plus désastreuses et les civils palestiniens, notamment les deux millions de gazaouis qui vivent déjà dans de terribles conditions avec le blocus, vont subir très lourdement les conséquences de cette offensive du Hamas. Benyamin Netanyahou a déjà promis une « vengeance sans précédent ». À l’heure où j’écris ces lignes des immeubles s’effondrent sous les bombes à Gaza. Le soutien annoncé par le Hezbollah et l’Iran au Hamas dit le potentiel d’embrasement. Cet engrenage de la violence et des crimes est une catastrophe. Nous connaissons d’avance un sinistre résultat : les populations civiles, palestiniennes et israéliennes, en seront les premières victimes.

Sans justice, la paix est un mirage

C’est pourquoi le cessez-le-feu est la première urgence. La France doit y travailler, et Elisabeth Borne ferait mieux de s’en occuper plutôt que d’alimenter les polémiques de politique intérieure. Notre pays est depuis trop longtemps aux abonnés absents pour exiger le respect du droit international. Or le silence installe le pourrissement et l’impasse. Depuis les accords d’Oslo en 1993, il ne se passe quasiment plus rien à l’échelle internationale pour une solution de paix durable. Pourtant, 170 États à l’ONU se sont prononcés en faveur de la Palestine. Il est plus que temps que la France et l’Union européenne reconnaissent l’État de Palestine. Un État viable, disposant d’une dimension territoriale cohérente et disposant de frontières sûres et stables. Sans justice, la paix est un mirage.

Lire la suite

Articles associés

Partager cet article

La newsletter de la Gauche Écosocialiste 31

Toutes les informations et actualités