Soutien de la France Insoumise
Membre de la NUPES

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Donnons-nous vraiment les moyens pour aller plus loin ! Communiqué de presse des élus FI NUPES Toulouse Métropole

SERM Communiqué de presse Tisseo

Aujourd’hui, à l’hôtel de région se sont tenues les « premières rencontres mobilités » dont le but est d’aboutir à une candidature de l’aire urbaine de Toulouse au plan « SERM » lancé par l’État.

Nous nous félicitons de voir enfin progresser un projet que nous appelons de nos voeux depuis de longues années.

Déployer un réseau intermodal à la mesure de la croissance de l’aire urbaine toulousaine est une nécessité pour faciliter les mobilités qui s’inscrit dans la lutte contre le dérèglement climatique et sortir Toulouse et son agglomération des bouchons.

Le projet présenté conjointement par Carole Delga, Sébastien Vincini et Jean-Luc Moudenc, s’il va globalement dans le bon sens, soulève toutefois trois interrogations majeures :

– La première est celle des délais. Si on voit la cadence des trains accélérer dans les 8 prochaines années, le rythme de déploiement du RER en étoile et de l’ouverture des nouvelles gares multimodales est trop lent. L’horizon fixé pour la fin du déploiement, 2040, est trop éloigné. Nous devons être plus ambitieux et efficaces.

– La seconde, c’est celle du financement. Un tel projet nécessite un engagement imposant de l’État et, à cette heure, on ne le voit pas se dessiner clairement. Pour aller plus vite, plus loin et être plus efficace, il faut un investissement massif. Le budget alloué par l’État doit provenir d’une fiscalité juste qui mette à contribution les profits. Il faut augmenter le Versement Mobilités. Payé par les entreprises, il doit s’aligner, pour le périmètre Tisséo, sur le taux pratiqué en Ile de France, et donc passer de 2 à 2,95 %. Une proposition en ce sens a été déposée à l’Assemblée Nationale par le groupe LFI-NUPES.

– La troisième, c’est celle de la sincérité et de la solidité de l’engagement de certains acteurs réunis aujourd’hui. Jean-Luc Moudenc a toujours été hostile à ce type de déploiement et son intervention aujourd’hui montre que sa présence relève davantage de la diplomatie que de la
conviction. Il est en retard, c’est son ADN. À l’heure où il faudrait accélérer, il met les deux pieds sur le frein, une fois de plus.

Lever ces trois réserves est la condition sine qua non pour que ce projet se concrétise et n’en reste pas à de la « com ».

La France Insoumise est prête et disponible pour contribuer à ce projet d’intérêt commun pour les habitants de Haute-Garonne.

Christophe Bex, Hadrien Clouet, François Piquemal, Anne Stambach-Terrenoir, Jamal El Arch, Hélène Magdo, Marc Péré, Agathe Roby

 

Articles associés

Partager cet article

La newsletter de la Gauche Écosocialiste 31

Toutes les informations et actualités